mardi 19 mars 2013

56. vu dans l'eau : tentative d'assèchement de la flaque


Car l’immédiat est loin d’être ce qu’il y a de plus facile à apercevoir.
Bergson

Il faut porter en soi un chaos pour mettre au monde une étoile dansante.
Nietzsche


fLaquE    eN    VrAc
                         (variations flasques : treize à la douzaine)

                                                                                                        
                                                                                                                                                                        1.
au pied une émotion étonnamment
                                        nouvelle
à la langue une cHoSe rebelle
             obstinément

éclaboussure sera son dernier Mot

      





2.
la flAqUe informe est
qui résiste
vanescente-
à la mise au pas du langage
résolument cette chose 
                                         SAUVAGE





3.
la flaque est une chose rebelle
que nul langage ne peut apprivoiser
et c'est bien en vain qu'on l'appelle
s'il lui convient de refuser







4.
chapelle à plat -ou vaguement en
creux-
consacrée aux souterrains
dieux
en offrande trois mots engloutis illico 
vaseux

                                                                                                                                                              

                                                                                                          5.
v'là la pluie
une nouvelle fois le hasard qui impressionne en creux le bitume
taille-douce et la flaque toujours recommencée
l'œil qui n'y voit que nib et du même

6.
les mots pour assécher 
hier encore ils portaient sur les fonts baptismaux


7.
la flaque est sans pourquoi

7a.
seule la flaque qui s'assèche est une flaque totale 
perdus les eaux et son nom de baptême

8.
son avenir dans le dos 
la flache et cul sec


9.
errer
chercher la Flaque ou bien
LA flaque ?



10.
faire corps
solitude de la flaque
inséparable
de ma propre solitude
faire écho                   
faire chaos

11.
l'objet
ce regard sur la chose
la chose 
ce regard* sur soi
*fiat lux : la rétine n'attendait que ça 
-regard troublé : un e pour un a et la chose chamboulée-


retour de la chose au

chaos sans regard sans objet 
                                      et voir dans la flaque une étoile danser
                                                                                                                


 12.
l'indécision formelle de la flaque
un défi pour l'œil
et la géométrie

 


 

                                    13.
   Heureux qui sent la flaque sans y penser



À suiVre...


134 commentaires:

  1. Chercher l'a-flaque...

    Ici, je suis heureux : je sens la flaque sans y penser...

    RépondreSupprimer
  2. Un rien me fait chanter
    Un rien me fait danser
    Un rien me fait trouver belle la vie
    Un rien me fait plaisir
    Un rêve un petit désir
    Un rien me fait sourire l'âme ravie
    Quand le ciel est joyeux je me sens le cœur tout bleu
    Mais quand hélas il pleut j'aime la pluie [...]
    Charles Trénet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et puis les femmes les femmes les femmes qui ont les yeux bleus...

      http://www.youtube.com/watch?v=UQ4zErveEV4

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Vous êtes-vous déjà penchée sur les mouvements que le vent imprime sur la surface de la flaque ?

      ( J'ai pensé à vous poser cette question en observer les mouvements d'une flaque. )

      Supprimer
  4. La flaque est-elle totalement à sec ?

    Vivement la pluie !

    RépondreSupprimer
  5. Que faut-il penser du "À suivre" inscrit au bas de ce dernier billet ?

    RépondreSupprimer
  6. La flaque est à sec, plus de doute.

    RépondreSupprimer
  7. Je ne crois pas Cédric : si la flache se mettait à douter elle s'assécherais sur le champs : La flaque est là : elle ne demande rien : et maintenant on se fait une partie ?

    RépondreSupprimer
  8. Chevalier, la flaque ne s'assèchera pas : Trempons nos bottes dans les flaques sèches.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai détruit tous les commentaires. Il ne reste que les phrases.

      Je recommence à zéro.

      Supprimer
    2. Cette fois j'ai les noirs.

      Supprimer
  9. J'aime bien cet endroit : c'est calme et tranquille ici, Je propose de jouer les coups ici : c'est calme et tranquille. Personne nous regarde.
    J'avance le pion noir du Roi de 2 cases.
    Si tout se passe bien je prends les photos au fur et à mesure des coups : et la partie devient un gif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime aussi. La flaque est tranquille.

      J'ai marque-pagé ce billet de la flaque - pour directement pouvoir y accéder - et me souvenir de jouer.

      J'ai installé à côté de l'ordinateur un petit échiquier de voyage -aimanté- qui fera parfaitement l'affaire ; je devrais y voir clair.

      Je fais sauter mon cavalier droit en colonne f rangée 3 : Cf3.

      Supprimer
  10. J'ai donc les noirs.

    Je joue mon cavalier gauche (celui à la gauche de mon roi) en f6 : Cf6.

    RépondreSupprimer
  11. J'avance le pion de mon roi de une case : e6.

    (les histoires sont toutes incohérentes)

    RépondreSupprimer
  12. e4
    Deux pions au centre de la mare numéro deux de l'orée.

    RépondreSupprimer
  13. Le fou blanc prend le cavalier noir :
    Fxf6
    Dans les paramètres de blogger il est possible d'inviter une personne à publier des billets sur son blog.
    Accepteriez-vous mon invitation ?
    Accepteriez-vous de m'inviter ?

    RépondreSupprimer
  14. Mon fou noir prend le fou blanc
    Fxf6

    Vous êtes devenu fou.

    RépondreSupprimer
  15. Je sors mon cavalier (celui qui n'a pas encore bougé) : il se dirige vers le centre de la mare. Le cavalier blanc se pose sur le trou d'eau situé en face du pion qui est lui-même en face du fou.

    RépondreSupprimer
  16. Le pion de la reine, je l'avance de deux : d5.

    (Larissa, sommes-nous les bienvenus ici ? tels deux têtards dans la mare)

    RépondreSupprimer
  17. J'avance le pion noir : c6.

    Le ciel est bleu. Il y a du vent mais

    RépondreSupprimer
  18. e5 (le pion blanc avance)
    J'aime les blogs abandonnés.

    RépondreSupprimer
  19. Le fou recule Fe7

    Comme dans les vieux châteaux, il y a toujours un vieil échiquier qui traîne, dans les blogs abandonnés

    RépondreSupprimer
  20. a3 : le pion avance.
    Il pleut doucement des commentaires sur les blogs désertés.

    RépondreSupprimer
  21. Après la visite d'un chat, j'ai remis de l'ordre sur l'échiquier.

    RépondreSupprimer
  22. Je roque.

    Petit roque.

    0-0

    Ici les chats vivent dehors, ils ont une grange pour s'abriter.

    RépondreSupprimer
  23. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  24. En effet votre "J'ai un double" est un rebondissement parfait.

    En lisant quelques commentaires de "votre double" je vois ce qui vous confond.

    Là, dans cette mare sans bords, pourriez-vous faire lire à votre lecteurs le courrier très pressé que vous avez adressé à votre double...

    Le chat a encore éclaboussé la flaque : je joue avant ce soir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le courrier fut écrit dans le calme et la sérénité, pas vraiment pressé donc, et surtout sans attentes ou expectatives, juste de la curiosité.

      Mon lecteurs me le demande, et n'ayant pas de réticence à lui faire lire, le voici :

      "Bonsoir,

      J'ai découvert hier par hasard ce que vous écrivez sur amazon.

      Le dernier billet que j'ai écrit sur mon blog exprime clairement ce
      que j'ai ressenti alors en vous lisant, voici le lien :

      http://issuedesoi.blogspot.fr/

      J'aimerais que vous y jetiez un oeil. :-)

      Amicalement.

      Cédric."

      Mon double m'a déjà répondu mais je ne peux faire lire cette réponse à mon lecteurs.

      Mon jeu d'échecs est patient, rien ne bouge.


      Supprimer
  25. Peut-être votre double commentera : ici ou chez vous : votre double est capable d'arriver jusqu'ici.
    Un jour V. a dit : " Half n'est pas la moitié d'un commentateur." J'adore.

    RépondreSupprimer
  26. Je me demande quel sera le prochain personnage à venir se promener ici.
    Ce moment arrivera inéluctablement et dans tous les sens.

    RépondreSupprimer
  27. La flaque sera probablement encore en place dans mille ans.

    Mais peut-être que le Nibiru du Marquis l'aura définitivement asséchée bien avant.

    Cela fait plus de quatre maintenant que L. a cessé d'échouer à l'assécher.

    Il pleut toujours quelque part.

    RépondreSupprimer
  28. À moi. Je m'adresse à vous Larissa. Je m'adresse à la flaque.
    Blogger permet d'inviter des personnages (les deux joueurs de cette partie d'échecs assez originale, par exemple) à publier (mon dieu) des articles directement ici sur votre flache sans bords.
    Larissa, je vous en prie : invitez-nous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous songeons à quelque chose comme une série...

      http://laflaque.blogspot.fr/2012/04/34-vu-dendans-leau-tentative.html

      Supprimer
  29. La reine en d1.
    Nous sommes deux gouttes.

    RépondreSupprimer
  30. Blaise de l'orée, Elly, Carole, F.S., V., Frankie Pain, Catherine, etc : un générique parfait.

    RépondreSupprimer
  31. Votre silence est long, Larissa, et pourquoi ce silence ?

    RépondreSupprimer
  32. Fou en g5.

    L'attaque de la reine

    un silence brutal sans explications sans avertissement

    RépondreSupprimer
  33. Peut-être Philippe Chauché pourrait nous dire quelque chose de ce silence.
    CxFg5

    RépondreSupprimer
  34. Ou Lucien Suel ?

    https://academie23.blogspot.fr/2012/10/sombre-ducasse-version-justifiee-1.html

    Déjà en décembre 2011, elle savait que ça allait faire du bruit...

    http://chauchecrit.blogspot.fr/2011/12/en-passant-5.html


    DxCg5

    La reine monte à cheval.

    RépondreSupprimer
  35. Sauvez la reine : c'est le titre du livre, écrit par Monsieur Minuit, le premier mari de mon premier amour.
    DxDg5

    RépondreSupprimer
  36. Le silence de Larissa nous interdit de nous taire.
    d4xc5

    RépondreSupprimer
  37. Cc6

    le silence n'a que trop duré

    RépondreSupprimer
  38. h3h4 (je ne joue pas g2g4, avec votre permission).

    RépondreSupprimer
  39. Permission accordée.

    Cxe5

    Incrédule a supprimé la liste "Ne les croyez pas", qui ne représentait déjà plus qu'une petite flaque, la petite flaque restante s'est évaporée pendant la nuit. Le C. solitaire est désormais totalement solitaire, il porte enfin bien son nom.

    RépondreSupprimer
  40. h4xg5

    L'assèchement c'est la voie.

    RépondreSupprimer
  41. – Et le BRAM ?
    – Quoi le BRAM ?

    RépondreSupprimer
  42. Fd7

    Les blancs dominent. Je suis mal barré. Touché mais pas coulé.

    Et quitte à couler, autant couler dans la flaque, et s'y noyer.

    RépondreSupprimer
  43. C'est le moment du grand roque :
    0-0
    Les pièces petit à petit s'en vont dans le grand emmerdement blanc.

    RépondreSupprimer
  44. C. est allé voir sur la page "notation algébrique" de W. car il avait un doute. Il est indiqué : grand roque : 0-0-0.

    C. se dit que A. n'a aucune raison de faire un petit roque, qu'il n'y a donc aucune ambiguïté possible. C. va donc jouer :

    g6

    RépondreSupprimer
  45. Maintenant je sais : 0-0-0 pour le grand roque : merci d'avoir rectifier : il s'agit bien d'un grand roque.
    Th6

    RépondreSupprimer
  46. Avec nos coups, nos roques petits ou grands, nos notations algébriques : ne souillons-nous pas cet œil d'eau sans bords qui nous accueille ?
    Nos commentaires recouvrent la flache d'une neige industrielle : mauvaises pensées peut-être.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mauvaises pensées, les articles sont intacts, l'eau est cristalline.

      Et puis quand bon nous semblerait on pourra toujours supprimer tous nos commentaires et L. supprimer éventuellement tous les "ce commentaire a été supprimé par l'auteur".

      La neige fond.

      Supprimer
  47. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  48. Ici nous sommes deux : parmi tous les endroits possible de tout l'univers (ce nombre est infini, pour le moment en tout cas) : nous sommes deux ici.
    C'est merveilleux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ici nous sommes deux : parmi tous les endroits possibles de tout l'univers (ce nombre est infini, pour le moment en tout cas) : nous sommes deux ici.
      C'est merveilleux

      Supprimer
  49. J'ai fait table rase, à nouveau.

    Je n'est pas un autre. Si Je était un autre, il ne serait pas moi. D'ailleurs l'autre n'est pas moi.

    Nous sommes ensemble, dans un gigantesque moi-autre.

    RépondreSupprimer
  50. La flaque vous va bien : peut-être parce que vous ne mettrez jamais vraiment les pieds ici. En tout cas la flaque vous va bien.

    a4



    RépondreSupprimer
  51. La flaque est un endroit familier : la tentation est grande d'abandonner La Plantación et de flotter ici dans ce gigantesque moi-autre.

    RépondreSupprimer
  52. Nous n'avons pas besoin de plus d'espace : l'espace commentaire est infini. La flaque est sans bords.

    RépondreSupprimer
  53. Tomber infiniment dans la flaque sans fond.

    RépondreSupprimer
  54. 14. Vu dans l'eau tentative d'assèchement de la flaque

    Mais une flaque d'eau, d'un doigt de profondeur,
    Qu'enferment les pavés d'une route de pierre,
    Fait plonger le regard aussi loin sous la terre
    Que le gouffre est profond du ciel jusqu'à la terre,
    Et l'on croit voir en bas les nuages, le ciel,
    Les astres enfouis, ô merveille ! sous terre.

    Lucrèce, De rerum natura -livre IV (traduction Ariel Suhamy)

    RépondreSupprimer
  55. Tentative d'effacement du miroir.

    RépondreSupprimer
  56. e5

    les particules de la flaque s'accélèrent

    RépondreSupprimer
  57. et 56 réussites + 2 nanoréussites

    RépondreSupprimer
  58. Cet après-midi j'ai écrit un poème :

    https://www.pauljorion.com/blog/2017/10/29/pourquoi-je-retranscris-de-temps-en-temps-les-videos-le-temps-quil-fait-par-alf/

    RépondreSupprimer
  59. À moi. Chevalier Solitaire Limier de Saint Cédric - Blaise Lesire à la science des noms - j'écris à peu près tout sur un iPhone 5s.

    La case commentaire de blogger (vous la voyez cette case blanche) débouche directement sur l'infini : exactement comme la porte dans le salon de coiffure du coiffeur de Fernando Pessoa.
    Pareil pour le poème laissé par Alf (je ne suis pas Alf) dans la taverne de l'enfer du trader repenti.

    RépondreSupprimer
  60. Les blancs dominent : c'est vrai.
    J'étudie les règles du jeu d'échecs (règle des 50 coups, répétitions des coups, etc.)
    La nullité c'est la voie.

    RépondreSupprimer
  61. Un de mes ancêtres a organisé le premier réseau de poste en Europe : mon ancêtre a écrit : Tous les courriers sont pressés.
    Je me demande si ce n'est pas enfant la première phrase que j'ai entendue.

    RépondreSupprimer
  62. Parmi toutes les parties possibles (environ 10 puissance 120) cette partie a-t-elle déjà été jouée ?

    RépondreSupprimer
  63. Ils diront : jamais un fou noir ne pourra s'installer sur une case blanche.
    - Ne soyez certain de rien. L'univers est vaste.

    RépondreSupprimer
  64. Rectificatif

    Ils diront : jamais le fou qui débute sur une case blanche ne pourra venir s'installer sur une case noire.
    - Ne soyez sûr de rien. L'univers est vaste.

    RépondreSupprimer
  65. Cette partie n'a jamais été jouée.

    Prenez un jeu de 52 cartes, mélangez-les bien, l'ordre des cartes de ce jeu de cartes mélangé est inédit.

    Quand on mélange un jeu classique de 52 cartes, l'ordre que l'on obtient est l'une des combinaisons possibles parmi 8.0658x10^67, soit un nombre long de 68 chiffres.

    Si l'on considère que les cartes modernes existent depuis environ 800 ans, et en imaginant qu'un jeu de cartes ait été mélangé chaque seconde depuis 8 siècles, on obtient en gros 25 milliards de mélanges. C'est un nombre beaucoup, beaucoup plus petit. En fait, même si toute l'humanité avait passé son temps à mélanger des cartes depuis les 800 dernières années, on resterait très loin de 8.0658x10^67.

    Donc, la prochaine fois que vous mélangerez (sérieusement) un jeu de cartes, dites-vous devant l'ordre obtenu qu'il n'était probablement encore jamais apparu dans l'Histoire.


    L'univers est vaste. La flaque davantage.

    RépondreSupprimer
  66. Cette partie peut ne jamais finir et être déclarée nulle : mais par qui ?

    RépondreSupprimer
  67. Je suis raisonnable : je propose que la partie soit déclarée nulle.

    RépondreSupprimer
  68. J'allais jouer Fb5 mais en effet je vois également un nul. (à moins que les blancs ne déplacent pas leur cheval, et que je le prends au coup suivant avec mon fou).

    J'accepte donc la partie nulle.

    La nullité est bien la voie.

    Leur pion supplémentaire ne donne aucun avantage aux blancs.

    A un moment donné, les noirs ont craint de perdre la partie.

    C. va-t-il ranger son échiquier et le ressortir dans six ans pour la prochaine partie ?

    RépondreSupprimer
  69. Peut- être sur la flaque toutes les parties aboutissent à la nullité.
    Entamons une nouvelle partie pour voir : si vous le voulez bien bien sûr. Le voulez-vous ? Dans ce cas j'ai les noirs.

    RépondreSupprimer
  70. On pourrait faire une partie pour chaque tentative d'assèchement : 55-54-53-.......02-01.

    RépondreSupprimer
  71. J'y pensais justement, refaire une partie mais sans le billet précédent.

    Rendez-vous au 55.

    RépondreSupprimer