lundi 11 février 2013

55. vu dans l'eau : tentative d'assèchement de la flaque


Toute division de la matière en corps indépendants aux contours absolument déterminés est une division artificielle.
Bergson

Ne jamais essayer d'arranger les choses. Les choses et les poèmes sont inconciliables.
Ponge


eN  svOiE    d'AsS ècheMeNt                                                                             

[fantaisies]


f 1. pédante annotée

sorte d'étang¹ sans étendue⁵
¹variation mineure d'étant² 
²goutte de temps que cette cloche³ en un jadis las révolu 
³sonnait qui ne bat plus⁴ 
⁴depuis longtemps
toile risoire étoile⁷ froissée⁶ dessus 
⁶écran et frissonnements
⁷idéal sec⁸ -froid⁹ tout autant
Pressing Constance
la stance proprement⒑ dit l'absence
⒑de mundus -propre, lavé- un monde-cloaque
⒒lessivé dans la flaque

f 1'. définitoire croisée

flaque : dans une flache, le reflet du ciel.
mundus : puits circulaire étrusque, consacré aux dieux souterrains, conçu comme une image inversée du ciel.


f 2 . familière chiffrée
 
douze MécHaNts vers
de vase onze têtards neufs dix geRRiDés
z'huîtres grAveTtEs -quelle idée ?
en septembre ici sisE on peut s'attendre
à toUt prendre
le crapaud s'en foUt
jusqu'au bassiN s'y baque
viennent qUaTrE à quatre
poussins s'ébaTTre
trois rouGeS un peu fous 
deux flasques très UnIs VerT  

Uni un univers flaque


f 3. non-figurative colorée

transparence 
transparence et trouble 
trouble et transparence  
trouble  
calme
agitation  
alternance-
eau à la rigueur

de sienne

ocre bistre et brun
momie Van Dick benzimidazolone
acajou sepia
gatsby 4 à 6 de Leroy-Merlin
taupe
rougeâtre et plus sûrement
de sienne brûlée 
nuances-
terre pourquoi pas

prétextes à la couleur 
alibis de la forme-
terre et eau : rien que des artifices 
couleurs du temps
formes du mouvant 

à la rigueur l'eau
la terre pourquoi pas
mais la flaque-

la flaque est une abstraction


f 3'. fragmentaire octuplée

1. Ne jamais essayer d'arranger les choses. Ne pas davantage inverser les rôles. L'arbre ne cache pas la forêt, c'est la forêt qui cache l'arbre.
L'arbre a-t-il quelque chose à cacher ?

2. La fleur artificielle ne fane pas. Chosifiée, la flaque ne s'assèche pas.  

3. Toute représentation consiste en une plastie, une plastification -du grec πλαστός, plastos, moulé.  
Reproduction de la chose au moule, toute représentation est négation de sa plasticité. De sa singularité en mouvement.
 
4. Le kitsch pour Kundera est la traduction de la bêtise des idées reçues dans un idéal esthétique où la merde est niée.

5. La merde et pas seulement. En la niant, le kitsch nie le cours du temps et la légèreté de la langue, de la flaque et du restant. Nie le passage et toute fluidité.
Toute l'écriture kitsch est de la cochonnerie proprette.

6. faire est le contraire de faire. Même préfixe, même construction, nommer est le synonyme de nommer. Comment l'expliquer, sinon par le rapport à la création. Défaire, c'est réduire à néant ce qui a été fait. Ôter le nom, c'est faire œuvre créatrice, au même titre que donner un nom.
Dans un premier temps, nommer révèle la chose, la tire du chaos. Et puis, force de l'habitude, on ne voit plus la chose mais le nom, l'image toute faite de la chose, un nom tellement commun qu'on ne sait plus de quoi il est le nom.
Pour voir à nouveau la chose nue, pour la redécouvrir, commencer d'abord par la découvrir, la désaffubler de ce nom qui au motif de la représenter a pris sa place.
Nommer et -nommer, complémentaires plus qu'antinomiques, deux actes distincts pour un même effet, ce regard neuf sur le réel. D'où la synonymie. Dénommer ne sera qu'une manière de nommer : la flaque n'est pas la flaque, c'est pourquoi je l'appelle la flaque.                                         
  
7. Les choses étant ce qu'elles sont, artificielles nécessairement, elles suggèrent mieux le réel, plus esthétiquement*, envisagées comme parties d'un ensemble mouvant, en métamorphose permanente, plutôt que géométriquement figées, division de la matière en corps indépendants aux contours absolument déterminés. 

* plates ou en relief, lâches, encadrées façon toile ancienne, métaphores comme ci, modèles comme ça, les choses n'en disent pas plus ou moins sur le mystère, certaines toutefois surprennent, écarquillent les yeux, embellissent le regard

8. C'est la forêt qui cache l'arbre. Bourgeons qui éclatent, feuilles tombées, l'arbre n'a que lui-même à cacher, errements, hésitations, avenir et avatars, passage et passé, l'arbre la flaque et le restant qu'aucune tentative n'épuisera jamais. Remettre le langage à sa place. Le réel se trouvera toujours en deçà de toute représentation. Sous le pied de l'enfant, au cochon qui s'y vautre. Introuvable pour la raison.


f 4. aphoristique inversée

Sois ce que tu deviens.


À suiVre...


 

3 commentaires:

  1. Oui, voilà, c'est ça ! A chaque millième de seconde la flaque a une forme différente.

    Aucune flaque n'a UNE forme. L'évolution est constante.

    Les mots ont toujours un train de retard pour décrire ce qui déjà n'existe plus.

    J'aime la flaque qui n'existe pas.

    J'aime ce que vous êtes et ce que vous devenez.

    Le langage est amour.

    RépondreSupprimer
  2. Merci, Cédric. Chacun de vos commentaires est source d'un plaisir nouveau.

    RépondreSupprimer
  3. Merci, Larissa. Chacun de vos billets en est une autre.

    RépondreSupprimer